Les 5 blessures de l’âme

Soigner le corps avec le Reiki

Grandir en conscience des 5 blessures originelles c’est choisir Sa liberté d’Ame.

Vous êtes nombreux à me demander « Qu’est-ce qu’il faut faire Dom ? Qu’est-ce qu’on doit faire ? ».
Aujourd’hui je vais parler des 5 blessures de l’Ame, citées par Louise Bourbeau. Un bonusantivir en fin de page !

Dans un premier temps je vous ai donné comme réponses « En tant qu’initié, ou pas, il faut s’aligner verticalement, en mode réceptivité, afin de recevoir la guidance de vos guides de vos anges de vos ancêtres… »

« Éveillez-vous. Élevez-vous…élevez vous vers des sentiments au-dessus de l’ego et de la crainte, vers le cœur, vers la conscience »

« Et ensuite, ou en même temps, le défi est d’éveiller les autres. Mais pas avec des conseils. En parlant de vous ! En donnant l’exemple « avant moi aussi j’étais comme toi j’étais dans la peur et dans la crainte, prêt à faire n’importe quoi pour être tranquille et en paix, éviter de réfléchir par moi-même… et puis j’ai fait telle thérapie un tel stage tel ou telle technique, j’ai appris à méditer à me remettre en question et j’ai changé. Je suis bien plus tranquille maintenant ».

C’est en parlant de soi ; qui on était avant et que l’on ne voulait plus être, et en partageant qui on est devenu réellement, celle ou celui que l’on voulait être, que l’on donne envie aux autres de s’éveiller.

Aujourd’hui j’ajoute ce message sur le symbolisme des 5 blessures de l’Ame, message que j’ai reçu suite à une méditation.

Peut etre connaissez vous les 5 blessures de de l’Ame de Louise Bourbeau, sujet repris par beaucoup de thérapeutes spirituels. Les cinq blessures sont : mémoire d’injustice, de trahison, de rejet, d’abandon et d’humiliation.

C’est impressionnant comme cela ressort aujourd’hui. Je m’explique ; les dirigeants, ceux du gouvernement, des régions, des mairies, des préfectures etc. ont été élus – par principe – par la confiance et l’espoir de la population.

Trahison

Évidemment il y a des choses qui ne vont pas en s’améliorant bien au contraire. Alors nous manifestons notre mécontentement et demandons un dialogue, une discussion, un symposium paisible afin que soit pris en considération notre volonté commune d’un monde plus sain et d’échanges fraternels. Tout simplement le souhait d’une vie plus saine au lieu d’une vie hyper contrôlée hyper sécurisée appétissante.

En fait d’écoute et d’ouverture du cœur nous avons pris comme dans la petite enfance une réaction violente physiquement et psychologiquement.

Puis le masque couleur bleu ciel du chakra de la gorge, et blanc couleur de la spiritualité = taisez-vous et ne vous écoutez pas.

Suivi du confinement pour la plupart comme des animaux parqués, abandonnés.

Encore de l’humiliation avec le couvre-feu.

Tout ce que nous avions sur le cœur et ont prise de conscience a été rejeté.

En conséquence, ce que je vois clairement, ce sont les 5 blessures de trahison d’injustice d’humiliation d’abandon et de rejet que vit la majorité de la population.

Alors que faire ? Que penser de ça ?

Soigner les 5 blessures de l’Ame

Je ne suis pas un animal de laboratoire.

Je crois que c’est une métaphore bouddhiste, je n’en suis pas sûr mais je l’aime beaucoup « si je presse un pamplemousse il en sort du jus. Mais… ce n’est pas moi qui ai mis le jus dans le pamplemousse, il y était déjà »

De ce fait il est facile de comprendre que ces cinq blessures de l’Ame étaient déjà là, en chacun d’entre nous, comme le jus dans le pamplemousse. Et pour la plupart dès la naissance. Ces cinq blessures de l’Ame sont réactivées pour commencer, à la naissance en famille, puis à la maternelle, puis à l’école, ou à l’adolescence et, d’accumulation d’expériences décevantes en expériences décevantes ces mémoires se fondent dans la mémoire collective nationale.

Ce que l’on appelle l’égrégore.
Un égrégore national de mémoire inconsciente de rejet, de trahison, d’injustice, d’abandon, de rejet, et enfin d’humiliation.

Ce qui génère inévitablement une intense frustration qui produit inévitablement de la rage, de la haine, de l’agressivité, culpabilité honte et sous-estime de soi.

Et comme on le sait tous aujourd’hui ces mémoires provoquent aussi des maladies, des malaises, et très souvent encombrent les voies de respiration et de communication, et donc attirent des virus, des bactéries des microbes etc.… des ennuis. De la fièvre. Perte du goût de vivre. Comme une fin de sentir le plaisir. Sentir = perte d’odorat.

Alors que faut-il faire ?

D’abord se poser, méditer, se remettre en question – en mode verticalité, en réceptivité, disponibilité à recevoir -, et chercher, trouver, reconnaître à quels endroits, dans l’inconscient, dans l’arrière arrière arrière pensée, se trouvent des mémoires d’une ou plusieurs des cinq blessures originelles de l’Ame.

Car il faut se rendre à l’évidence c’est l’univers qui organise ce qui se passe en ce moment pour nous aider à mieux réfléchir sur nous-mêmes, pour nous aider à guérir nos blessures émotionnelles conflictuelles, et ceci afin d’être en mesure de s’aimer individuellement encore plus ou une bonne fois pour toutes. Mais cela demande une meilleure connaissance de soi. Ne sera-t-il pas là le message de Louise Bourbeau ?

Ceci dit chacun fait ce qui lui plait, et personnellement j’ai téléchargé cinq méditations guidées sur ces cinq blessures, et je vous laisse imaginer l’immense bien-être qu’elles me procurent.
Vous me connaissez, je cherche toujours le meilleur, c’est pour ça que je m’autorise à les partager avec vous.

Voici le lien du site sur lequel je les ai trouvés et achetées : https://www.eveiletguerison.com/pdv-pack-meditations-5-blessures

En premier lieu les 5 blessures de l’Ame empêchent de prendre Sa place.

À ce sujet il y a beaucoup de personnes qui vont prendre une place, et qui en fin de compte vivent avec le regret de ne pas faire ou vivre autre chose… dans plusieurs domaines… Certains vont prendre la place des autres, toute la place pour signifier qu’il y a beaucoup d’humains qui ne prennent pas leur place, qu’elles restent disponibles. Et d’autres encore qui n’oseront jamais prendre leur place et s’effaceront, ou bien prendront une place et joueront le rôle de la gentillesse excessive ou de la victime.

Prendre sa place dans tous les domaines dépend des 5 vertus de l’Ame, audace, courage, force, estime de soi et connaissance.

Je vous souhaite le meilleur de la vie.

Dom

Peut etre plus de détails ?

Le même propos avec une autre écriture.

Je partage mon point de vue, d’une introspection récente.

C’était une mémoire ancienne, contactée en ce moment de perturbation sociale si intense.

Dans mon cheminement j’ais beaucoup travaillé sur le sentiment d’injustice surtout du vécu avec ma mère, enfance adolescence… j’ai pris pleinement conscience ce matin en refaisant la méditation guidée sur l’injustice, la blessure d’injustice, que je ne l’avais pas du tout envisagé vis-à-vis de mon père. Et ce matin j’ai senti remonter toute une foule de détails en me laissant guider, flot d’images aussi. Mais ressenti avec joie et force une grande compréhension du déroulement de ma vie en incidence avec ce sentiment d’injustice que j’avais vécue avec mon père durant l’enfance, adolescence et ma jeunesse tout entière comprise.

Rassurez vous je suis bien conscient, et non victime.
Un nouveau départ lucide, claire et vaste est la vie devant moi aujourd’hui.

Et toute réflexion faite, en pleine conscience voici mon bilan. Pour ne pas oublier, comme un mémo si un jour j’ai besoin d’y revenir, m’en servir comme d’une ressource ;
Comme je l’ai expliqué au début de l’article, je vous partage mon expérience d’élévation et d’éveil…

Bilan de la blessure d’injustice

Je prends conscience que durant ce rapport que j’ai eu avec mon père, enfant et adolescent, je m’en étais laissé imprégné d’un sentiment d’infériorité et de supériorité vis-à-vis des hommes tout au long de ma vie. Je me remplissais moi mm de ce jus de pamplemousse amer, ce n’est pas mon père qui me l’injectait. Lui ne faisait que réactiver cette mémoire en moi, dans mon ADN partout dans le corps. Plus tard, je vivrais avec comme une espèce de bruit que faisait mon mental à l’intérieur de moi et que je n’ais jamais eu l’idée de me poser pour l’écouter vraiment, ou de l’écrire. Bien sûr que si je l’ai fais. Un max mm. Mais surtout sur le plan professionnel artistique et social. Je ne l’avais pas vraiment fait sur le plan ‘l’homme que je suis, le droit d’être moi-même(du fait que mon père ne m’avait pas encouragé à être moi-même, seulement obéir et me taire). Il voulait la paix lui… lol… Ce qui fait que devenant adulte on se retrouve à forcer pour tâcher d’être au plus près de soi-même, tout en gardant une couche de protection afin de ne pas s’accorder le droit d’être sensible, fragile, de se tromper.

Ces conseils que je me donnais pour m’auto encourager étaient devenus les fameux modes opératoires perfectionnistes. Il est vrai que je me forçais au début de ma vie de jeune homme, puis tout naturellement et très bètement d’ailleurs j’ai installé l’habitude à devoir ètre parfait, du moins le paraître pour que les autres hommes ne voient pas le petit enfant blessé.

C’est complètement con parce que, involontairement – réflexe conditionné – ce même processus je le trimbalais avec moi devant la femme, ma mère. Sauf qu’avec elle je partais perdant d’avance puisque incomplet, pas assez solide, pas assez massif pour etre soi face l’autorité dominante de la mère. Et s’en est suivie cette volonté farouche de tenir absolument à paraître ètre un homme bon.

Tellement de besoins de douceur et d’autorité sur soi-même en même temps, cette autorité personnelle qui manquait tellement de directives masculines, tout effrayés par la brutalité des autres hommes auxquels on ne veux surtout ne pas ressembler, que nous n’avons finalement d’autres modèles que celui qu’on se construit seul. Je me suis fais seul faute d’avoir eu un frère aîné ni un père vraiment présent. Et ne pas savoir qui choisir parmi les faux héros que propose notre société. Qu’ils soient politiques, sportifs ou du star système ; ils sont tous les mêmes, à la recherche de la connaissance de soi, de la reconnaissance d’un père abruti par le système qui n’a pas su leur donner l’honneur et la dignité que nous réclamons tous aujourd’hui… avec un masque sur la gueule et la menace permanente de perte d’identité.


Finalement j’ai fait parti des hommes autodidactes. Et rebelles contre les hommes des masses dominantes, ceux que notre histoire appelle les « grands hommes », ils ne se cachent plus aujourd’hui de montrer qu’ils ont si souvent été d’une extrême violence et ne pensent qu’à eux. Ceux qu’on nous a montré pendant des siècles en exemple à suivre. Des avides de pouvoir en laissant voter des lois allant à contresens de la vie. Forçant par tous les moyens les plus pervers à leur obéir sous peine de mort, toutes sortes de morts confondues, surtout la mort de notre parole.

C’est évident qu’il y a un lien avec ce qu’il se passe au niveau de l’humanité confrontée violement aux forces dominantes, le voici ; humiliation, rejet, trahison, abandon et surtout injustice… ces mémoires collectives-là.

Mémoires qui se réactivent lorsqu’on arrive sur terre. Apprentissage à vivre avec la surveillance inquiète des parents, de la famille, de l’environnement, de l’école…Les autorités qui nous dominent et nous mystifient la réalité. Les contes de fées, le cinéma, la publicité, les ‘héros’ surpayés du stade, les stars, et les actualités morbides sordides effrayantes honteuses menteuses et j’en passe et des meilleures… On les croit. Ou on pleure et crie.

Je repense aux moments qui m’ont fait croire que mon enfance fut heureuse, pour d’autres ce fut une enfance terrible…

Les moments d’enfance où on ne se rendait pas compte du réel parce qu’on était soi-disant « trop petit pour comprendre ».

 Alors que c’est tout à fait l’inverse. On le sait aujourd’hui. Nous sommes grands dans ce petit corps. C’est ce que nos enseignants n’ont pas compris, n’ont pas écouté, ou fait semblant de pas comprendre. Feinte semi consciente de ne pas savoir.
Des siècles d’accumulation d’enseignements pour maintenir dans l’ignorance. Des siècles de manipulation. Des siècles de gouvernements pervers narcissiques ; faire culpabiliser pour procéder l’autre.

Voilà ou je veux en venir ; ce que vit notre société actuellement, prendre conscience des cinq blessures originelles de l’Ame.       

Citées par Louise Bourbeau ; injustice, humiliation, rejet, trahison et au bout du compte ; abandon. Voilà le véritable vir… mortel et nous le subissons, pratiquement, tous, majoritairement en tout cas. Et qui se révèle aujourd’hui.

À mon humble avis, il faudrait à notre société une rééducation globale générale pour guérir ses 5 blessures multipliées par 65 millions de françaises et de français, enfants, adultes et retraités compris. 325millions de mémoires distordues, rien qu’en France. Les guerres sont toutes les conséquences de frustrations. Particulièrement frustrations sexuelles masculines. Cherchez le lien avec les 5 blessures et vous avez tout compris. Sinon lisez « La divine matrice » de Greg Braden.

Je m’explique. ‘On’ vote en confiance – On’ confie en ceux – la gérance pour ètre tranquilles.

  • Puis….‘On’ se rend compte que « ça va pas du tout ; il y a des abus, du gaspillage, trop de polluants…etc. » ‘On’ est rejetés. Violences policières, interdits de manifester = taisez-vous = Rejet.
  • 1ère blessure ; Rejet.
  • 2ème blessure ; trahison.
  • 3ème blessure ; humiliation : Confinement, couvre-feu, vaccinasse = humiliation.
  • 4ème blessure ; injustice. Tout ça c’est injuste.
  • 5ème blessure ; abandon.

Au cours de mon cheminement j’ai rencontré et croisé des personnes affirmant ne pas avoir de mémoires comme ça. Soit. Et puis au fil de la conversation il y a des petites douleurs qui ressortent, des petites souffrances, qui les amènent à la pharmacie, chez le médecin, une opération par ci par là, des querelles de couples, de famille, au boulot, des vols dans leur voiture, leur maison, des tromperies de toutes sortes…etc. Et ces souffrances récurrentes aussi légères soient-elles ; voilà des mémoires qui se réactivent.
Les cinq blessures originelles de l’Ame se réactivent à la naissance en lien avec les lois de l’univers ; lois de globalité, consentement, cause à effet, attirance répulsion, et résonance.

Comme les cinq doigts de la main les 5 blessures l’Ame soudés avec ? les 5…? ….organes ! poumons, cœur, reins, rate, estomac–foie–pancréas. 

Voilà une forme de révolution qui nécessite d’offrir à notre conscience le meilleur de soi pour que les choses changent pour de bon, pour de vrai de manière durable dans notre monde. 

Et les 5 Gokkaïs – 5 principes du docteur USUI

Une chose est sûre, et c’est en toute bonne foi, grace aux 5 Gokkaïs, – 4 As + Joker – je préfère m’orienter dans cette direction d’auto guérison – un esprit sain donne un corps sain – et me transformer, rencontrer en moi les vertus de mon âme que je ne connais pas encore, masquées…!… par ces 5 blessures. J’aime entrer en moi de cette façon douce qu’apporte la méditation guidée par des spécialistes, me laisser aller et découvrir que j’étais devenu ce que je ne voulais pas être afin d’avoir la chance et le plaisir aujourd’hui de devenir qui je veux être vraiment. Relacher encore davantage le contrôle et devenir de plus en plus un maitre authentique. De moi-même.
Dom

Le bonus ;

Pour drainer le.vccn🙏 et ou en prévention du vir.

Transmet à tes amis qui sont visiblement obligés de le faire.


1 commentaire sur “Les 5 blessures de l’âme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :