Nos amis les moustiques

Pourquoi le moustique pique ?

Moustique-piqurel’an passé, été ici, hiver là bas, j’ai passé trois mois au Laos, c’était l’hiver là-bas, la mousson, et c’était très humide. Et très chaud. Partout ou je séjournai, je croisais constamment des touristes européens. Sur les lieux de restauration, ces adorables guinguettes laotiennes où nous nous retrouvons plusieurs à la même table à savourer la vraie cuisine asiatique, il était inévitable d’observer, sans vraiment chercher à le faire, la peau les visages les mains, les épaules et les cuisses dénudées et rares étaient les corps qui n’étaient pas piqués par des moustiques ou d’autres bébêtes. Et d’observer la valse des huiles essentielles et des vaporisateurs répulsifs. Incroyable comme le sujet moustiques revenait souvent dans les conversations.
Cet été j’étais en Mongolie, le climat est très variable d’un jour à l’autre, entre chaleur torride vivant permanent froid, pluie et même de la grêle, et portant sur l’ensemble du pays une grande sécheresse. Première fois depuis des années j’ai voyagé avec le groupe, et ce fut pareil, piqûres de moustiques à peu près tout le monde. Mais pas moi.
Au mois d’août je me suis fait un grand circuit par les toutes petites routes de France. En partant de Montpellier un séjour en Ardèche, puis j’ai poussé jusqu’à Lyon, je suis reparti vers la traversée de la Lozère, camping au bord de l’Aveyron puis direction Narbonne, j’ai planté la tente dans un jardin de l’Aude, une visite aux vieux amis de l’Ariège, un séjour plus vieux paisible et joyeux au Pays basque et ma famille dans le Gers. Ce fut pour moi l’occasion de revoir des amis que je n’avais pas vus depuis très longtemps et d’aller rendre visite à ma famille,  déterminer à une visite surprise à mon fils à Bordeaux.

Bien entendu ce fut inévitable, le moustique revint plusieurs fois à peu près dans toutes les régions de France que j’ai visitées, campagne = nature = humilité = chaleur = moustiques !

Moustiques = piqûres = démangeaisons = rougeurs = rage…

vous avez sûrement compris je voudrais parler ici du symbolisme du moustique. Pourquoi ils piquent et pourquoi ils ne piquent pas.

Étudions le moustique ! D’abord son vol. Le moustique survient dans les moments où nous sommes censés être tranquilles. À l’heure de l’apéro. Au moment de lire tranquille et plonger dans le livre du soir, rêver avec les histoires qui vont nous bercer pour la nuit ou nous faire frissonner. Le plus terrible, le moment fabuleux où le mental commence à sombrer dans le sommeil, à se détacher du corps bzzzzzzzzzzzzzzzzzz bzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz c’est agaçant non ! ?

Et puis sans l’entendre venir piqûre ! Agaçant n’est-ce pas. Ça fout les boules ça énerve… ça nous empêche de s’endormir, voire de dormir. Matin on se réveille en se grattant furieusement. Et pendant quelques jours !

Donc première constatation ; le moustique par le bruit de son vol et l’acidité de sa petite piqûre nous agace, nous énerve, on s’enrage.

Au lieu de pulvériser des insecticides qui empoisonnent notre environnement personnel puisque nous le respirons, ne serait-il pas préférable de s’interroger personnellement, et est en pleine conscience de se remettre en question ? Par exemple en se posant la question ; comment ça se fait-il que j’attire à moi un insecte qui provoque chez moi cette réactivité d’agacement et de rage ?

le moustique nous enrage…à partir du moment où vous décidez de vous remettre en question, du moment que vous êtes initiés au Reiki ça devient facile. Vous vous asseyez, ou bien vous vous allongez avec l’intention de faire une séance de Reiki méditative sur la raison pour laquelle vous attirez ces bestioles. Vous activez le symbole CKR, ou HSZSN et CKS pour demander de l’aide, le conseil avisé de votre guide Reiki spirituel.

En procédant ainsi, ou par le simple fait de décider de vous remettre en question et de persister dans cette voie, vous recevrez des messages, c’est absolu.

Comme tout le monde j’ai passé la majorité de ma vie à me faire piquer par les moustiques jusqu’au jour où je suis entré dans la sculpture métal et que je sculptais des animaux que je créais à partir d’objets de récupération et particulièrement des outils agricoles que j’ai récupérés dans des fermes abandonnées dans la région de Bordeaux. A cette époque dans le bordelais il y en avait beaucoup de fermes et d’usines désaffectées. À chaque fois mes bestioles sculptées en métal étaient forcément très piquantes ! Puisque réalisées avec des fourches des sécateurs des haches des bêches des burins des forets des vieux clous de forgeron des crochets… etc.… alors, déjà initié au Reiki, je méditais longuement pour savoir ce que représentait en moi ces formes piquantes et agressives qui en étaient sorties de mon n’imaginaire. Cet acide est assez facile à comprendre, il s’agissait de mes pensées agressives de l’époque. Il ne me restait alors plus qu’à utiliser les techniques apprises dans les stages Reiki, comme la guérison dans le passé et la guérison longue durée du passé, le traitement mental, et les envois à distance dans mon futur et dans mon passé, le tout au quotidien pour progressivement dissoudre ma réserve de pensées agressives. Souvent tournée contre moi -même. Puis contre les autres que je rendais responsables du fait que je n’obtenais pas ce que je voulais… en y repensant aujourd’hui en écrivant cela ; lol.

En vertu de ce principe, et qu’il soit classé, le moustique, insecte volant dans les airs, et que l’air représente au niveau symbolique les pensées de l’esprit, il est facile de déduire que le moustique, par sa toute petite taille, représente nos toutes petites pensées !

bruit du moustique

Empoisonnement de la nature par l’homme

Je me suis donc donné comme mission – hiver comme été – de faire la chasse à mes toutes petites pensées piquantes. Des minis critiques, vous savez la pensée est fugace, furtive, ultrarapide, réaction atomique. Réflexes conditionnés. Il y a des pensées si rapides qu’elle nous échappent, qu’elles échappent à notre contrôle. Et bien ce sont ces pensées piquantes que je me suis attaché à vouloir les accueillir, à reconnaître humblement qu’effectivement elle faisait parti de moi, tournées vers moi comme tournées vers les autres, c’est excellent de faire ceci avec SKSK et le symbole du cœur Karuna, car la transformation de pensées piquantes en pensées douces, a aidé à transformer mon environnement immédiat et depuis quelques années je ne suis jamais plus piqué par les moustiques.
Pas une seule piqûre de moustiques cet été, ni en Mongolie, ni dans le fin fond des zones chaudes et humides de France. J’y ai gagné une bonne grosse dose d’énergie de tranquillité, et une bonne économie de produits qui ne me concernent plus.
Mais je mentirais si je cachais qu’à certains moments, le bruit du vol des moustiques autour de moi pouvaient me gêner, encore cet été. J’ai utilisé épisodiquement une huile essentielle de citronnelle en vaporisateur que l’on met exclusivement sur les vêtements, à peine quelques petites vaporisations, marque Sencia, je le précise car redoutablement efficace. Ceci dit même si le moustique se pose sur ma peau il ne me pique pas. Car il n’y a plus de corrélation vibratoire entre son rôle et mon corps. Seul le son de son vol me dérange encore, agaçant lors du pique-nique du soir et pile à l’heure de l’apéro ! excellent. Encore un petit travail de conscience à faire sur l’agacement sonore dans mon environnement immédiat. Ça concerne les oreilles, donc le chakra de la gorge.À suivre…..

Les scientifiques et les cartésiens diront ce qu’ils connaissent, l’odeur corporelle attire les moustiques….mais ne viendrait elle pas de pensées malodorantes ? de pensées puantes piquantes….

Histoirede chat, cruelle, ou pas, c’est selon.

histoire de chat

Dans les greniers, pour veiller sur les réserves de légumes secs, de farine, de grains, sur les salaisons, on gardait des chats prisonniers.

Je me souviens de cette chatte  Isabelle, à laquelle sa patronne montait seulement de l’eau fraîche, la tenant dans un état permanent de faim pour qu’elle chasse impitoyablement les rongeurs. Lorsqu’on entrait dans le grenier, on la voyait assise ou perchée sur les sacs de farine, posée sur le rebord de la lucarne, les yeux tournés vers le ciel d’où elle voyait passer les oiseaux.

Les sacs de pois chiches, de pois secs, de lentilles et la charcuterie été précieux.

La chatte regardait à peine lorsqu’on avait à faire dans le grenier, elle était toujours lointaine, dédaigneuse, ne miaulant jamais, ne cherchant même pas à s’enfuir, le nez tourné vers le pépiement des hirondelles, semblable elle-même à un oiseau par la vigilance de sa posture et le très petit espace qu’elle doit veiller, dans quelle solitude… Habitée de quel songe…

Marie Ruanet

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PLANETE REIKI is proudly powered by WordPress and the Theme Adventure by Eric Schwarz
Entries (RSS) and Comments (RSS).

%d blogueurs aiment cette page :